Giuseppe!

Je ne compte pas parler de Giuseppe-l’abruti-machiste que certain(e)s suivront ce soir sur TF1

Je n’ai pas non plus achevé mon compte bancaire avec une des merveilleuses paires de chaussures de Giuseppe Zanotti , vues sur Betty (même si elles me font sacrément envie).

C’est Giuseppe de Nittis qui a retenu mon admiration cette semaine. Alors un petit mot pour vous encourager à aller voir ses œuvres exposées au Petit palais jusqu’au 16 janvier.

C’est fin comme Corot, délicat comme Manet, envoûtant comme Renoir, puissant comme Turner, doux comme Monet. Des campagnes autour de Naples aux rues de Londres, en passant par le Vésuve en érruption, les intérieurs japonais des élégantes, les champs de course ou les salons de la princesse Mathilde… on est scotchés devant autant de talent. Pour ne rien gâcher,  un grand amoureux de Paris, de sa femme-muse, peinte avec énormément de tendresse et  à qui il a destiné de jolis mots.

Bref, à ne pas rater ! (Nocturnes le jeudi…). Quelques mots sur les œuvres que j’ai le plus aimées :

–        la patineuse : comment imaginer pouvoir patiner dans cette tenue ? Mais quelle grâce se dégage de cette silhouette en fourrure, voilette, manchon et long jupon! La patineuse semble voler sur la glace dans une atmosphère blanche, rosée, bleutée presque mélancolique. Pour de Nittis « c’est la solitude complète. Rien d’autre que nous par l’immense étendue.»

–       Déjeuner au jardin. Il respire d’une grande communion avec Le Déjeuner de Monet. Il faut cependant regarder ce tableau avec un œil différent. Giuseppe de Nittis l’a peint 3 ans avant sa mort, et c’est ainsi qu’il a été interprété comme un testament laissé à sa femme, une promesse d’être toujours là comme le rond de serviette à son nom qui prend sa place vide sur la table. C’est un tableau très émouvant, d’une grande douceur et éclaboussé d’une lumière qui a fait penser à certains qu’il s’agissait de celle de l’au delà.

–        Le train qui passe dans cette campagne maussade semble faire irruption dans le tableau par son panache de fumée. C’est une sorte de tunnel léger, un nuage inconsistant. D’ailleurs de Nittis a consacré beaucoup de toiles au travail des nuages. La matière est fabuleusement rendue. C’est superbe, très  poétique comme cette réflexion issue de ces Notes : « Mais la vie de ceux qui voyagent est ainsi faite. On sème les regrets sur sa route, rêves entamés qu’on voudrait fxer et qui passent comme les formes des nuages. »

–        Le Kimono couleur orange : J’ai tout de suite pensé aux orientales de Delacroix. La position de la femme nous introduit tout de suite dans son intimité, on est presque en train de l’épier. L’imprimé de la soie  et ses reflets orangés font du kimono la pièce centrale du tableau. Une vraie belle sensation de chaleur, de gaité et de féminité.

Revenons aussi sur le Petit palais, qui reste une énigme pour moi. Comme le montrent les photos de la Cour, il n’y a(vait) quasi-personne quand une foule attend patiemment pour entrer faire la queue devant les toiles de Monet, au Grand Palais juste en face… L’expo est très bien accrochée, très aérée, pleine d’explications intelligemment dissimulées et parfaitement composée en « thèmes » choix plus judicieux que celui des « périodes ».

Giuseppe de Nittis au Petit Palais, jusqu’au 16 janvier

Publicités

3 réflexions sur “Giuseppe!

  1. merci pour ce très bon article sur l’exposition Giuseppe de Nittis. C’est vrai qu’obnubilés par la superbe expo Monet, on en oublie de regarder ce qu’il se passe ailleurs. Les toiles que tu as sélectionnées et commentées sont magnifiques… on y va ce week-end!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s