Monet au Grand Palais

Je riais bien en voyant les malheureux qui faisaient la queue pour entrer au Grand Palais ici. Eh bien moi aussi j’ai attendu pour voir Monet. Enfin… presque ! J’ai eu la chance de découvrir l’exposition Mardi soir et dans de bonnes conditions. Les réservations sont a priori plutôt complètement prises d’assaut et les visites sont ouvertes jusqu’à 22H pour gérer l’afflue de monde, alors courage!

Il faut dire que ça vaut le coup. Imaginez la plus grande rétrospective depuis 1980 (on monte, on descend, on remonte…) une enfilade pièces intelligemment conçues sur une proposition assez fantastique d’Hubert Le Gall, pour la scénographie , par thèmes et périodes. C’est sur le fil de l’eau que la visite prend son sens : Sainte-Adresse, Rouen, Fontainebleau, Varengeville, Étretat, Honfleur, Trouville, Le Havre, Argenteuil, la Normandie, Paris, Vétheuil, Méditerrannée, Belle-Isle, Londres, Venise…

J’ai été particulièrement sensible à 3 thèmes :

Vétheuil, une période compliquée pour Monet puisqu’il arrive dans ce petit village sur la Seine (un peu avant Giverny) endetté , accompagné de sa femme malade(Camille) qui mourra là bas et du couple Hoschedé complètement ruiné, avec leurs 6 enfants. Alice Hoschedé, qui deviendra sa deuxième femme, est déjà sa maîtresse. Vétheuil ne l’enchante pas et il n’est pas vraiment aidé par les éléments qui se déchainent cet hiver 1880. Les tempêtes de neige se succèdent, la Seine gèle sur 50 cm et lorsque que le gel se retire début janvier, c’est la débacle. Les morceaux de glace emportent tout sur leur passage. Un véritable drame sur les bords de Seine qui va pour ainsi dire « traumatiser » Monet. Cette vision de la glace flottant sur l’eau sera le prémice de son obsession pour « cette chose étrange appartenant à deux éléments, l’eau et l’air, qui se laisse irrésistiblement emporter par le courant ; ce trompe-l’œil de sérénité au dessus du vacarme » (Bazille). Les célèbres nénuphars en seraient la dernière et la plus belle illustration .

La Méditerrannée intervient dans un contexte plus heureux. Monet profite du succès, du soleil, de l’inspiration et de la solitude « J’ai toujours mieux travaillé dans la solitude » écrit-il. « C’est une étude nouvelle pour moi que ce pays; il faudrait une palette de diamants et de pierreries ». J’ai été sous le charme de la chaleur et des odeurs qu’expriment les œuvres de Menton, de la maison Bordighera, de Monte Carlo vu de Roquebrune , du Cap Martin… Tout est fait pour nous rappeler le vent chaud de la Méditerrannée, cette végétation insolente et dense, ses parfums aussi puissants et divers que les couleurs qu’ils transportent.

Vénise, parce que je ne connaissais que trop mal cette période pourtant encore sensible de Monet. C’est à Venise qu’Alice meurt et c’est à Venise que Monet perd le goût de la peinture. Il ne le retrouvera qu’après un deuil difficile et qui aurait bien pu changer la renommée entière de Monet. S’il réussit à reprendre les pinceaux, c’est pour rendre hommage à Alice. Ce sont donc des esquisses seules, qui ont été à l’origine de ces tableaux peints en atelier, à Giverny.

Trois tableaux m’ont par ailleurs frappée : Le port du havre, effet de nuit, pour cette fabuleuse vision de nuit de ce port indigo-foncé-bleueté (Monet se refusait l’utilisation du noir).

La terrasse à Sainte-adresse et son étonnante communion entre les couleurs des drapeaux (bleu, blanc, rouge), les couleurs des fleurs (bleu blanc, rouge), où l’on ne sait plus situer la ligne d’horizon, tout se mélangeant sur fond de mer entre l’ombre et les reflets des touches de couleurs.

Un coin d’appartement et l’enfant qui semble être Michel, petite chose prisonnière de la perspective de la fenêtre, de la porte, de la fenêtre, des rideaux et de la lumière. Petite figure si démunie dans le tableau où rien ne semble à sa mesure.

Une visite pleine de surprise et d’émerveillements. S’il y avait eu moins de monde, j’y serais probablement encore !

Monet, jusqu’au 24 janvier, Galeries Nationales du Grand Palais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s